Maigrir après 50 ans

Écrit par les experts Ooreka

Vous avez tendance à prendre un peu plus au niveau des bras, de la taille ou du ventre.

Vous aviez déjà quelques kilos superflus depuis quelques années et la ménopause accélère cette prise de poids. Les changements hormonaux de la ménopause (comme pendant les grossesses) favorisent en effet cette prise de poids.

Maigrir après 50 ans : les conseils

  • Ayez une activité physique régulière (marche, vélo...).
  • Faites attention à ce que vous avez dans votre assiette : les apports alimentaires quotidiens doivent être les suivants :
    • 50 à 55 % de glucides ;
    • 15 % de protéines ;
    • 30 % de lipides.

Pour éviter les régimes monotones, adressez-vous à un spécialiste. Il saura adapter votre régime à vos goûts et vous accordera quelques petits plaisirs.

Maigrir à 50 ans : les besoins incompressibles

Les tissus et organes sont matures. Il va falloir veiller à conserver leur jeunesse et leur fonctionnement optimal.

  • Pour prendre soin du système digestif moins performant (surtout après 60 ans), deux choses sont nécessaires.
    • Éviter les graisses cuites, privilégier leur consommation crue ou cuites à maximum 180°C.
    • Faire des repas moins lourds et privilégier les collations. Mieux vous digérez, mieux vous maigrissez.
  • Pour lutter contre la perte de masse musculaire, consommer suffisamment de protéines est essentiel au même titre que l'exercice physique. Les meilleures sources de protéines sont la viande, le poisson surtout les poissons gras (sardines, maquereaux, harengs et de temps en temps du thon et du saumon) et des œufs de poule nourries avec du lin source d'oméga 3.
  • Pour lutter contre la perte de masse osseuse, il faut de la vitamine D (produits laitiers enrichis, poisson gras, foie, jaune d'œuf), du calcium (oléagineux, légumes avec surtout les crucifères, 2 produits laitiers maximum par jour). En pratique : du poisson gras très régulièrement, des légumes à chaque repas et des collations à base d'oléagineux !
  • Andropause et ménopause : on constate une prise de poids d'environ 2,5 kg qui s'installent dans la région abdominale. Les traitements hormonaux peuvent majorer le problème chez certaines personnes. Pour lutter contre, il faut veiller à consommer plus de fibres. Au lieu de 25 g de fibres conseillés, consommez-en 30 g en privilégiant des légumes fibreux pauvres en sucres (céleri branche, poireaux, salade par exemple ou des fruits, des noix et des graines oléagineuses) en alternant crudités et cuidités pour ne pas agresser l'intestin.

Il est plus difficile de maigrir après 50 ans

Avec les remaniements hormonaux, les pertes de poids peuvent parfois être plus lentes. Il faut être persévérant. Ce phénomène est accentué chez les personnes qui ont suivi de nombreux régimes et ont fait le yo-yo une grande partie de leur vie.

Les habitudes alimentaires sont bien ancrées et il va pourtant falloir accepter de définitivement les changer.

Maigrir après 50 ans : choisir son régime

Après 50 ans, les régimes les plus adaptés sont les régimes pauvres en sucres. Ils limitent les pics glycémiques et par conséquent la sécrétion d'insuline et le stockage des graisses. Ils présentent également l'avantage de ne pas favoriser les terrains inflammatoires et permettent donc d'enrayer les mécanismes d'apparition de nombreuses maladies de vieillesse.

  • Le régime Atkins : pauvre en sucres, laisse la part libre aux graisses et protéines, il est particulièrement indiqué si vous êtes amateur de viande et que vous ne souhaitez pas réfléchir à vos repas. Il s'agira alors pour vous de consommer de la viande, du poisson, des œufs, du fromage, des légumes et très peu de fruits (choisis pauvres en sucre grâce à un compteur de glucides idéalement en version papier car plus pratique). Le sucre, les produits dérivés et les féculents sont exclus.
  • La diète cétogène : riche en graisses, modérée en protéines et pauvre en sucres, elle vous conviendra mieux si vous avez besoin de perdre beaucoup de poids, si vous souhaitez que ça aille plus vite et que vous cherchez un bénéfice santé dans votre alimentation (lutte contre le cancer, le diabète, les pathologies cardiovasculaires, Alzheimer, Parkinson...).
  • Le nouveau régime IG (à indice glycémique bas) : autorise seulement 10 % de sucres. La part de graisses et de protéines est laissée libre. Les glucides intégrés au régime doivent avoir un indice glycémique bas. On rejoint un peu Atkins avec seulement 10 % de glucides, sauf que le contrôle porte au niveau de la qualité des glucides et moins sur la quantité, ce qui peut laisser une petite place à du riz sauvage et des légumineuses par exemple.
  • Le régime paléo : qui exclu les aliments raffinés, les produits laitiers, les produits céréaliers qui sont sources de sucre. En revanche, les fruits y occupent une place importante même s'ils contiennent du sucre. Pour les adeptes du modèle alimentaire de nos ancêtres.

Attention : pour choisir le régime qui vous convient le mieux, il est important de prendre en compte vos éventuels problèmes de santé, vos habitudes de vie et vos goûts alimentaires.


Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
CL
catherine levern

soins psychologiques .cf "psychologue.net " | c.levern 04 42 80 04 67

Expert

DJ
dr anouar jarraya /tunis tunisie

psychiatre psychothérapeute sexologue | cabinet médical (adultes & enfants)

Expert

patricia vialard

profession libérale

Nouvel expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts

Produits



Autres sujets sur Ooreka


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !