Féculents : font-il vraiment grossir ?

Sommaire

Malgré les qualités de ces aliments, les français mangeraient très peu de féculents. Alors pourquoi boudent-ils ces aliments pourtant riches en fibres, nutriments et vitamines ? Serait-ce une peur diffuse de finir par ressembler à une pomme de terre à force de trop en manger ?

Non, les principaux coupables serait plutôt les régimes, qui ont fait des féculents l'ennemi numéro 1, à bannir sous peine de voir votre ventre devenir une montgolfière. Pourtant, il s'agit d'idées reçues, nous vous expliquons pourquoi.

Les féculents : kézako ?

Les féculents sont des aliments d'origine végétale, constitués en grande partie d'amidon, ou plus généralement de glucides lents.

Ils comprennent notamment :

  • les céréales : blé, avoine, seigle, épeautre, maïs, orge, riz, sarrasin, etc.
  • les légumineuses : lentille cultivée, fève sèche, pois chiche, haricot sec, graine de soja, etc.
  • les organes souterrains : dont les tubercules (pomme de terre, patate douce et igname) et les racines (le manioc) ;
  • les troncs (le sagou) ;
  • les produits de l'homme : notamment les pâtes, qui sont fabriquées industriellement.

La plupart des féculents sont riches en macronutriments, qui comprennent glucides, lipides et protéines.

Quelle quantité de macronutriments doit-on consommer ?

La répartition des familles d'aliments dans les repas :

  • les glucides doivent représenter environ 50 % de la ration alimentaire de la journée ;
  • les lipides (les graisses), environ 30 % ;
  • les protéines (présentes dans les viandes, poissons, œufs...) environ 10 à 15 %.

Pourquoi manger des féculents ?

Les féculents contiennent des éléments essentiels à notre métabolisme : ils sont riches en fibres, en nutriments et en vitamines.

En finir avec le grignotage

Le glycogène synthétisé par les féculents après la digestion permet de nous rassasier durablement et ainsi d'éviter les grignotages. Le glycogène est également utilisé pour faire fonctionner le cerveau et les muscles.

Améliorer son transit

Les féculents sont riches en fibres. Or, si vous n'en êtes pas à votre premier régime, vous n'êtes pas sans ignorer que celles-ci participant à la bonne régulation du transit intestinal et à la satiété.

Se forger un cœur en béton

Selon une étude menée par NutriNet-Santé, il suffirait de 2,5 portions par jour de pain complet, de lentilles ou de riz pour réduire de plus de 20 % le risque de maladies cardiovasculaires.

Éviter les carences alimentaires

Supprimer les féculents de votre alimentation engendrera des carences énergétiques importantes. Pour les compenser, votre corps s’adaptera comme il peut, notamment en diminuant son métabolisme, c'est-à-dire :

  • en réduisant les dépenses énergétiques ;
  • en stockant tous les aliments ingérés puisqu'il ressent un manque.

Ce qui aura pour résultat l'effet inverse de ce que vous recherchez : une prise de poids au moindre écart. Reprenez donc un peu de pâtes.

Pourquoi diabolise-t-on les féculents ?

De nombreux français sont persuadés que les féculents sont l'une des causes principales des prises de poids. Pourtant, les nutriments qu'ils procurent permettent justement d'éviter le surpoids et l'obésité.

Selon les auteurs de l'étude menée par NutriNet-Santé, les personnes souffrant d'obésité n'ont pas une consommation plus élevée de féculents que les autres individus.

En fait, la source principale de prise de poids se situe dans les associations d'aliments que l'on fait. Quelques exemples en vrac :

  • des pâtes au beurre et au fromage ;
  • des lentilles au lard ;
  • des patates frites à l'huile.

Ces recettes forment des associations détonantes, qui peuvent déboucher sur une prise de poids importante. Le secret est donc de manger des féculents en les associant le moins possible avec des lipides ou avec des protéines.

Bien vous alimenter sans vous tromper : nos conseils

Ces pros peuvent vous aider